[fr] [en]
WorldCycle (2002-2003)
De Paris ŕ Paris, carnets de route d'un voyage d'un an autour du monde.

Nouvelle-Zélande.


Rotorua, 28 décembre 2002 - Stef
Christchurch, 12 fevrier 2003 - Seb


Rotorua, 28 décembre 2002 - Stef

The nature trail continues - El Chalten and Torres del Paine (Chile)
12-30 November

From El Calafate and the world’s most visited ice cube, we made a 2-day excursion to El Chalten, at the base of Mount Fitzroy, trekked and camped in the wind, rain and snow and froze our bollocks off. We then moved down towards Puerto Natales, over the Chilean border, which would probably still be a farm if it the town didn’t happen to be the stopping point for the Torres del Paine National Park.

So off to the park I trotted, full of energy and vigour, ready to face the nature and the rough laws of trekking. My rucksack was full of food for 8 days, and I was eager to use my new hiking shoes I thought I would have broken in by now. The fact is I hadn’t, and I left on a tourist boat 4 days later. What happened is that my shoes decided to make quite a large hole behind my left ankle, which, due to my stubbornness and eagerness to hike, I strategically ignored. Now that, ladies and gentlemen, is not such a good idea. I have to say, seeing a yoghurt-pot-full of pus pouring out of your own foot is not one of the most appetising sights. After that I was hopping in the hostel for a week with a foot sized 48 and the other sized 53. From the group I was travelling with in the park, there were at least 7 people who came back injured. Most were joint injuries, but we also had 2 very creative camping stove burns around the eye.

Apart from being dangerous, and being an English-speaking tourist motorway, the Torres del Paine National Park is absolutely beautiful. Turquoise lakes, glaciers, sharp landscape changes, spectacular mountains and the strongest wind I have ever experienced, literally throwing us and our heavy rucksacks to the ground. The Torres themselves blow you away. After 3 hours walk (I took 8 because I got lost), you get to a rock slide that you climb for 45 minutes. Because you have to concentrate on your climbing your nose is in the rocks, so what an amazing contrast when you go over that last stone and catch the view: a blue/grey lake with pieces of ice in it, then at the far end of the lake a huge rock face shooting up into the sky, ending up with these 2 massive towers of rock. By the time I got back from the park poor Jerome was still resting at the Hostel, because his knee is still not better.

A visit from my home - Punta Arenas (Chile)
1-5 December

The thought of our injuries was cut short by a visit from my mum and stepfather, who met me in Punta Arenas following a visit to Sao Paulo (to see my sister Delphine), and also to spoil me. We sailed to Isla Magdalena, an island full of penguins - with a smell like satan’s bottom - hiding in their little holes, shagging, fighting, clumsily falling over. We also went back to Puerto Natales and the Torres del Paine, with a stunning sunshine this time, petted horses, stared at herds of guanacos (kind of llama), and desperately tried to calm my mum’s ecstatic yelling when she saw a ñandu (like an ostrich) running in the fields. After another excursion to the Pali Aike National park and another day of chilling and shopping in Punta Arenas, it was bye bye time. Thanks very much for the visit, it was great to see you!!!

Tierra del Fuego from inside a sleeping bag - Ushuaia (Argentina)
6-15 December

Ushuaia was the next stop, a mere 14 hour bus journey stopping and changing 5 times because of border control (Ushuaia is over the Argentinian border), bus connections and a ferry crossing. Jerome and I camped in the Tierra del Fuego National Park, in a beautiful free camping called Laguna Verde. I got bronchitis and stayed in bed with fever, so Jerome was the nanny and fed me while I sweated and coughed like a donkey. Didn’t do much trekking but we were in a beautiful spot out there. The next day, Jerome was off for a few weeks to meet his girlfriend Helene in Equador so we had a party (I celebrated with a glass of paracetamol). We are meeting again somewhere in New Zealand on January 1st.

Santiago at a glance (Chile)
16-18 December

After a long bus journey back North to Punta Arenas, I flew to Santiago de Chile and spent a few days with Greg, a friend from Fontainebleau I went to school with. I rediscovered the Bellavista nightlife, walked around the centre, invested in black market chilean CDs, and went for a coffee in these daytime bars where you get served by waitresses dressed in a bikini and G-string (very strange). Managed to meet up with FX and Marine, some friends from Madrid who were also in Santiago for a few days. Just before leaving I climbed up the Monte San Cristobal, got lost and ended up having to climb the side of the mountain to get to the top, almost breaking my neck. I eventually got to the bloody statue, but from the wrong side of the viewing point, where the barrier says "do not cross". So as tourists were admiring the view of the city and the Andes, some mysterious hand appeared out of nowhere and a sweaty 6ft7 man looking lost guided his lanky limbs over the barrier and walked off.

Xmas in the sunshine - Tauranga (New Zealand)
20-28 December

The plane with a record legroom (I had to break the left armrest to physically fit in the seat) transported me to New Zealand. Quite strange to leave on the 18th, fly 12 hours and suddenly be told that time at destination is 4am, on the 20th. Where did December 19th go? Some friend told me that he had done the trip the other way and arrived a day before he had left. Anyway, I spent a day walking around Auckland, a port city looking very new, clean and organised. Quite a sharp contrast to the last 4 months in south America! The Youth hostel there was the most impersonal of all the youth hostels I have been to. People were barely talking to each other, you had to pay for everything, including borrowing an outdated version of the Lonely Planet. Everything was so commercial... Anyway, I moved on to Tauranga, passing Waihi, a village whose buildings are caving in because they were built over an abandoned gold mine. The driver was commenting on everything we passed through the microphone, including the history of the local petrol stations, with a kiwi accent that made your nostril hairs curl up. My neighbour in the bus was a little nervous because she was on the way to meet her real father after 26 year of not knowing who he was (she was adopted). Anyway, as I got to Tauranga I went for a drink in an irish pub and met some locals, including a Maori girl who explained a few things to me about their local land disputes. I also met Natalie, a very sweet kiwi creature who took pity on me for being away from my family for Xmas and invited me to spend Xmas day with her family. That was such a warm welcome, I could not believe it. For a week I was adopted and spoilt by the MacKinnons and I had a great time.

And what a great feeling to be in the heat for Xmas! I went swimming, I fell asleep on a beach and woke up sunburnt, I enjoyed the superficial backpackers' atmosphere in the hostels. For Xmas eve I felt like doing something different so after an indian restaurant with the hostel folks, I ended up swimming in thermal baths and walking up a mountain in total darkness overlooking the lit up peninsula.

On the road again - Rotorua (New Zealand)
28 December...

After a week in Tauranga, I am moving south again. I am in Rotorua, a place with a lot of thermal activitiy. Hot baths in the campsite, stinky steamy pools and streams and a natural steam oven, where I will practice my well developed culinary talents (not) tomorrow.

A merry Xmas to you all folks, and best wishes for the new year. I hope you enjoy a good wall-to-wall vomiting party before suffering a nuclear hangover, which helps in formulating new year resolutions. Take care and see you soon!

Stefan

---







Christchurch, 12 fevrier 2003 - Seb

(pas d'accent cette fois-ci, desole!)

Fideles lecteurs, cher(e)s ami(e)s,

c'est avec grand plaisir que je vous retrouve pour ce nouveau recit. Au sommaire de cette edition: la Nouvelle-Zelande et ses gentils Kiwis, ses phenomenes volcaniques, ses routes chaudes et valonnees, ses collines verdoyantes et peuplees de moutons, et bien plus encore.

--------------------
30.12.02 - Aeroport de Santiago, Chile. Ouf, une feuille de papier pour ecrire! 6h d'attente a l'aeroport de Santiago, c'est long... Me voici devant la porte 16, encore 3h d'attente avant de m'envoler vers la Nouvelle-Zelande. Envole aussi mon espoir de pouvoir passer quelques jours a l'Ile de Paques. Le vol pour la Nouvelle-Zelande est maintenant direct et changer mon itineraire s'avere un peu complique au niveau logistique. Tant pis!

Depuis Ushuaia, je suis remonte, en bus cette fois-ci, vers Punta Arenas d'ou j'ai pris mon avion pour Santiago. Me voici donc a l'aeroport de Santiago, dans la salle d'embarquement. J'ai jete mes derniers Pesos dans un menu Dunkin Donuts et j'attends. Exit l'Internet a 1 US dollar les 15 minutes (i' sont fous ces Chiliens!), alors j'observe les gens passer. Sur un ecran de tele devant moi, des clips mettent en scene des blondes US garanties plastifiees play-backant des chansons mielleuses a vous desesperer sur l'avenir de l'humanite. Toute la pesanteur de notre civilisation, toute la mediocrite de l'Homme passee sous une couche de vernis raccoleur et mensonger. Jewel tu as vendue ton ame, on aura ta peau!

Quelques minutes avant l'embarquement, un individu se dirige vers moi, me fixe de son regard envoutant et prononce mon nom en me pointant du doigt. A quel gourou ai-je donc affaire? C'est Jerome, l'actuel compagnon de route de Stef, de retour d'Equateur et en route vers la Nouvelle-Zelande par le meme avion que moi pour rejoindre Stef qui lui est deja la-bas. Comme quoi, l'monde est p'tit, hein, pas vrai Gerard!

Ligne de changement de date

Partis a 00h00 le 31 decembre de Santiago, nous sommes arrives a Aukland le 1er janvier a 4h00 du matin... apres seulement 12h de vol! Soit un bon dans le temps de 16h irremediablement perdues. La journee du 31 aura ete tres courte... et entierement de nuit - poursuivant un soleil qu'on ne rattrappa jamais. Tin tin tin. Il nous a fallu a Jerome et moi une bonne partie du vol pour resoudre cette enigme, alors je vous fais partager nos resultats.

(Rappel du cours de sciences naturelles de 4eme)


 


De Santiago a Aukland en volant vers l'ouest, cad vers le soleil couchant, nous avons remonte 8 fuseaux horaires, soit MOINS 8H, mais nous avons franchi la ligne de changement de date un peu avant la Nouvelle-Zelande, soit PLUS 24H. En cumulant, on retrouve ce bon dans le temps de 16h. Si nous etions partis vers l'est, nous aurions franchi 16 fuseaux horaires, le nombre total de fuseaux horaires etant 24, soit PLUS 16H egalement, mais le vol aurait dure plus longtemps et nous aurions croise le soleil, soit 2 nuits et une journee de vol. En franchissant la ligne de changement de date, nous sommes passes du fuseau MOINS 12H au fuseau PLUS 12H par rapport au GMT (Greenwich Meridian Time) a Londres, soit un bon de PLUS 24H. Nous avons ainsi ete parmi les premiers a passer en l'an 2003, ce dont, mes chers lecteurs, vous n'avez que faire, j'en suis bien conscient.

Nous avons donc passe le Nouvel An dans l'avion et dans le plus grand calme. Grande premiere depuis bien des annees! Pas un cotillon, pas une coupe de champagne, pas une annonce, pas un lancer de string, pas d'embrassade, pas de voeux echanges, sauf avec Jerome, dont c'est aussi l'anniversaire. Avec LanChile decidemment ca ne rigole pas...

// Aukland-Hamilton (1-2 janvier, 130kms)

01.01.03 - Aeroport d'Aukland, Nouvelle Zelande. Nous atterissons a Aukland le 1er janvier a 4h du matin. Un vieil homme aimable et souriant malgre l'heure avancee nous accueille avec une tasse de the bien chaud. La Nouvelle-Zelande s'annonce bien.

Apres avoir remonte le velo dans l'aeroport et pris conge de Jerome qui continue son marathon aerien en direction de Wellington, je pars faire quelques courses, achat d'un casque (obligatoire en Nouvelle-Zelande), de quelques outils supplementaires, du fabuleux WD40 dont on m'a tant vante les merites, et de quelques provisions pour les prochains jours. En route vers le sud sur les (chaudes) routes de Nouvelle-Zelande. ATTENTION LES KIWIS ROULENT A GAUCHE!

Ce que je vois sur la route correspond a l'image que je me faisais de la Nouvelle-Zelande: vert et valonne, et beaucoup de moutons. Un peu comme l'Irlande. J'arrive le lendemain a Hamilton, premiere vraie (petite) ville sur ma route. Je m'y arrete une journee pour regler quelques problemes sur mon velo, m'equiper d'une carte et d'un petit guide touristique, et tater l'atmosphere urbaine de la Nouvel le-Zelande. Ici c'est l'ete et il fait chaud, donc j'ai troque polaires et collants contre sandales et t-shirts, plus au gout du jour. Les Kiwis se balladent meme parfois pieds nus dans la rue ou les centres commerciaux. Ici on est A LA COOL. Il faut aussi que je me fasse au phrase kiwi, sensiblement different de l'anglais que j'ai pu entendre dans d'autres contrees! Sweet as, bro. Straight ahid, and thin turn lift. Ces details regles, je reprends la route vers le sud direction Rotorua en pleine region thermale.

// Region centrale du Volcanic Plateau (4-9 janvier, 370 kms)
Rotorua - Taupo - Turangi - Taihape

05.01.03 - Depuis Aukland, je suis l'itineraire THERMAL EXPLORER HIGHWAY et aujourd'hui les choses se concretisent. A partir de Rotorua on arrive dans la region du Volcanic Plateau ou s'ouvre une zone d'intense activite thermale et volcanique. Dans cette region se rencontrent les plaques pacifique et indo-australe et la croute terrestre est extremement fine, ce qui donne lieu a de nombreux phenom enes spectaculaires. A Rotorua, en plein centre de la ville, on peut observer des nappes d'eau ou des vasques de boue bouillonnantes, d'ou se degagent des nuages de vapeurs aux odeurs de soufre. Tres interessant.

Sur la route de Taupo, je fais halte au WAI-O-TAPU Thermal Wonderland, pour visiter la reserve naturelle et en apprendre plus sur ces etranges phenomenes thermaux. Crateres, geysers, terrasses, vasques de boue bouillonnante, piscines d'eau coloree, cascades, lacs turquoises: c'est impressionnant la variete des formes que peuvent prendre les phenomenes volcaniques. Pendant 2 heures on navigue dans un veritable paradis de couleurs naturelles d'une impressionnante beaute, et qui s'explique par la presence d'une grande variete d'elements chimiques: jaune du soufre, rouge de l'oxyde de fer, violet de l'oxyde de manganese, orange, vert, noir, blanc...


Champaign Pool, Wai-O-Tapu Thermal Wonderland


Un peu avant Taupo je penetre dans le Weirakei Parc et m'en vais visiter les CRATERS OF THE MOON. En penetrant sur le site, on realise combien les for ces en mouvement sous nos pieds sont puissantes: le sol fume comme une cocotte minute, des nuages de vapeurs s'echappent d'orifices beants, on slalomme entre des crateres encore fumant. On est en plein milieu de phenomenes volcaniques, on sent la terre vivre, le magma bouillonnant a quelques metres de la surface.


Craters of the Moon, Taupo


A partir de Taupo, je longe sur 50 kms vers le sud le lac du meme nom. Le lac Taupo est un ancien cratere cree a la suite d'une formidable eruption volcanique il y a 1800 ans de cela, et qui s'est depuis rempli d'eau pour former le plus grand lac de Nouvelle-Zelande. A l'epoque les cendres et pierres projetees par l'eruption couvrirent une surface de plus 20 000 km2 sur l'ile nord, et affecterent le ciel aussi loin qu'en Chine et en Italie. Le lac constitue aujourd'hui un spot reconnu mondialement pour la peche a la truite. Plus au sud du lac se dessinent les sommets volcaniques enneiges du Tongariro National Parc.

A partir de Turangi, je quitte le lac pour continuer vers le sud et longer le T ongariro National Parc par le cote est. Je traverse le Rangipo Desert en suivant la Nationale 1, que l'on nomme pour cette partie la "Desert Road". Pas vraiment le desert saharien que j'esperais, mais belle vue sur les volcans du parc et paysage de steppe qui me rappelle quelque part cette chere Patagonie: route qui s'etend loin a l'horizon au milieu de petits buissons secs de couleurs vert, jaune, orange fonce. Rien a voir en revanche au niveau du traffic routier: la Nationale 1 est l'axe routier principal de l'ile nord et est donc tres frequente - pas vraiment optimal pour le velo.

Apres 65 kms, j'arrive a Waiouru, principale base militaire du pays, austere ville de passage, qui ne semble etre qu'une accumulation de fast-foods tenus par des Asiatiques. Apres la ville, on quitte brusquement le plateau volcanique pour se retrouver au vert a pedaler dans les collines en compagnie des moutons. Elle est (tres) verte, ma vallee!

// Wellington, (9 janvier - 1 fevrier, ZERO kms!)

A Taihape, apres 100 kms dans le vent, je decide d'accelerer ma descente vers le sud et monte dans le Tranz Scenic pour rallier Wellington, capitale du pays, situee a la pointe sud de l'ile nord, et sur ma route vers l'ile sud. J'adore le train et celui-la ne me decoit pas. D'abord parce que le paysage defile tout seul, sans avoir a pedaler! On roule a travers les vertes collines. Region rurale, beaucoup d'exploitations agricoles ou d'elevage. Bien cale dans mon fauteuil, je me laisse bercer par la voix de l'hotesse qui nous commente regulierement le paysage jusqu'a notre arrivee a WELLINGTON.

Rosemere Backpackers


Rosemere Backpackers


A Wellington je m'installe au Rosemere Backpackers. Ras le bol du velo et du camping sauvage! J'ai besoin d'une pause prolongee pour souffler, du confort d'un lit, de la presence des autres, de la facilite des conversations legeres, du brouhaha de l'auberge. Et de maniere surprenante, je suis amuse de retrouver une grande ville d'influence occidentale. Ses grands immeubles, ses innombrables cafes et restaurants colo res, rivalisant d'astuces et de formules pour attirer les passants, ses grands panneaux publicitaires, ses bureaux de multinationales et ses citadins chics et presses. Par quel prodige puis-je donc apprecier cela? Pour le contraste surement, et parce que je n'avais pas vu cela depuis des mois! Et malgre tout, Wellington est relax, laid back tranquille on the hill and ze feet in ze water.

J'ai donc pris residence pour quelque temps au Rosemere Backpackers, 100 NZ Dollars la semaine, petit dej inclus, piano, the a volonte, Internet gratuit et toujours quelqu'un avec qui papoter sur la terrasse abritee. On fume des roulees, un peu d'herbe parfois, on boit des litres de the et quelques bieres aussi pour desalterer nos gorges seches de trop parler. A la cool. Wellington est une ville de passage incontournable entre l'ile nord et l'ile sud et il y a donc beaucoup de passage dans l'auberge. Au moins une bonne vingtaine de personnes y reside egalement pour une periode un peu plus longue: etrange societe composee de Kiwis nomades, d'ames errantes, sans maison, vivant de petits boulots, alcooliques pour certains, parfois mythomanes, homosexuels sans reperes, ou Europeens de passage, souhaitant passer quelque temps en Nouvelle-Zelande en y travaillant. Il y a Ian, ce chef cuisto de Nouvelle-Caledonie, travaillant 80h par semaine et residant depuis 6 mois dans l'auberge. Il y a ce camarade St-Maurien (un vrai de St-Maur-des-Fosses!!!) rentre en Nouvelle Zelande apres 4 mois passes en Angleterre, pour apprendre que sa copine kiwi ne veut plus le voir - dur... Il y a Derryl, ce quinquagenaire kiwi, alcoolique mythomane, travaillant a l'auberge et se pretendant metteur en scene a la veille de realiser un film a tres tres gros budget. Il y a aussi Nick, prof d'anglais itinerant de 43 ans, passionne par l'Asie et dont les plans pour l'avenir peuvent se resumer ainsi: continuer a voyager et mourir a 80 ans au fond d'un bus en Turquie, le sac sur les genoux. C'est poetique!

Peinture

Pour occuper mes journees et ralentir l'inexorable flux de capitaux dont se plaint mon porte monnaie depuis mon arrivee en Nouvelle-Zelande, j'ai entame pour quelque temps une carriere de peintre en batiment. Pendant 2 semaines je change donc de quotidien, vais au boulot en velo et fais mes 8 heures par jour. J'apprends le metier de peintre entre pinceaux, rouleaux, pots de peinture, a l'huile, a l'eau, raclettes, chiffons, flacons d'essence, papier de verre, perceuses, balais, mastic, tournevis et POUSSIERE. Les journees sont rythmees par les "Cupa Tea" breaks en compagnie de mes camarades proletaires, dont la conversation est ponctuee d'une etonnante quantite de FUCK ou derives, et la programmation tres rock et extremement repetive de la FM "The Roooock". Quelques bons vieux Pearl Jam et Soundgarden malgre tout, les fans savent de quoi je parle, hein Fauchille (private joke, desole) !!! Quelques-uns de mes collegues semblent se plaire a accumuler les forfaits malgre leur jeune age - conduite en etat d'ivresse, drogue, travail social, interdiction de sortie du territoire et je n'ai surement pas tout appris (ou compris!) de leurs exploits!

// Malborough Sounds (02-09 fevrier, 140 kms)
Picton-Havelock-Nelson

Apres 3 semaines et demi a Wellington, le temps est venu de reprendre la route. J'ai donc traverse en ferry le Cook Straight pour rejoindre Picton sur l'ile sud. A 65 kms de la, j'ai plante la tente a Havelock d'ou j'ai passe une magnifique journee dans les Malborough Sounds (Elaine Bay), sur la cote nord, avec deux backpackers "motorises" rencontres a l'auberge.


Elaine Bay, Malborough Sounds



Malborough Sounds


75 kms et quelques laborieuses cotes plus loin, j'atteint Nelson, dans la region la plus ensoleillee du pays. La ville est au bord d'une grande baie plate qui se decouvre sur des kms quand la mer se retire. Un petit air de Mont-St-Michel!

// Christchurch (10-12 fevrier)

A Nelson, j'ai decide de mettre entre parenthese mon epopee cycliste et de menager le cycliste que je suis et qui s'essoufle un peu! Je suis donc monte dans le bus avec mon velo sur le dos et Fumika sous le bras, une charmante Japonaise rencontree quelques jours auparavant. Direction Christchurch, la plus grande ville de l'ile sud. Et, au passage, un veritable nid asiatique! Nous avons achete aujourd'hui pour la modique somme de 540 NZ Dollars une magnifique HONDA a boite automatique, avec toit ouvrant et stereo-cassette, et allons nous promener dans l'ile sud quelques semaines, avec un moteur pour nous tirer. Et croyez moi, mesdames, messieurs, je m'en delecte d'avance. Exit le velo pour quelques temps...

A bientot, portez-vous bien, et courage la haut, c'est bientot le printemps!


Et merci pour votre attention!


Seb

---




 



La redac au boulot